Les personnes qui consomment des substances* rapportent une perte de connexion sociale et de soutien, de même qu’une augmentation de l’isolement, de la peur et de l’anxiété, découlant de la pandémie de COVID-19. Comparativement à la population générale, elles sont plus vulnérables aux incidences de la COVID-19 sur la santé et aux contraintes de la distanciation physique.